•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des corridors humanitaires et de l’aide de la Croix-Rouge pour Marioupol

Les maintes tentatives d’évacuation et de livraisons de la Croix-Rouge à Marioupol ont eu peu de succès jusqu'à présent, Kiev et Moscou se rejetant mutuellement la faute.

Une femme âgée marche avec un chariot devant un grand immeuble à logement endommagé par les bombes.

Un convoi de la Croix-Rouge devait se rendre à Marioupol vendredi, mais il a dû abandonner sa mission parce que le corridor humanitaire promis par Moscou n'était opérationnel.

Photo : Reuters / Alexander Ermochenko

Reuters
| Mis à jour

Un convoi de la Croix-Rouge se rendra samedi dans le port ukrainien de Marioupol et tentera à nouveau d’évacuer des civils de la ville assiégée, alors que les forces russes semblent se regrouper en vue de nouvelles attaques dans le sud-est du pays.

On fait aussi de l’information en format collation.

Sept couloirs humanitaires sont aussi prévus pour évacuer des civils de régions ukrainiennes assiégées, y compris pour permettre à des véhicules privés de quitter la ville de Marioupol et à des bus d’évacuer des résidents de Marioupol réfugiés à Berdiansk, a déclaré la vice-première ministre ukrainienne Irina Verechtchouk.

Ce port du sud-est de l’Ukraine, sur la mer d’Azov, est assiégé par les troupes russes depuis les premiers jours de l’invasion russe, lancée le 24 février dernier, et a été la cible de bombardements presque incessants ces dernières semaines.

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a annoncé vendredi qu’une équipe en route vers le port de Marioupol pour évacuer des civils avait rebroussé chemin, étant dans l’impossibilité d’atteindre son but.

[Nos équipes] tenteront à nouveau samedi de faciliter le passage des civils en toute sécurité, a indiqué le Comité international de la Croix-Rouge dans un communiqué.

De son côté, Olexi Arestovitch, un conseiller du président ukrainien, Volodimir Zelensky, a déclaré que Kiev s'attendait à de bonnes nouvelles ce week-end concernant l'évacuation de civils de Marioupol.

Notre délégation est parvenue à un accord à Istanbul afin de permettre des évacuations, a-t-il dit à la télévision ukrainienne en référence aux négociations avec la Russie cette semaine en Turquie.

Je crois qu'aujourd'hui ou peut-être demain, nous aurons de bonnes nouvelles concernant l'évacuation des habitants de Marioupol.

Depuis le début du conflit, la Russie et l’Ukraine sont convenues de la mise en place de couloirs humanitaires, qui ont facilité l’évacuation de milliers de civils.

Le Comité international de la Croix-Rouge a annoncé que son opération à Marioupol a été approuvée par les deux parties, mais que des détails importants étaient encore en cours d’élaboration, tels que le moment exact et la destination du convoi, qui serait un lieu indéterminé en Ukraine.

Notre dossier Guerre en Ukraine

Des besoins humanitaires ailleurs en Ukraine

Dans une allocution vidéo, le président ukrainien Volodimir Zelensky a prévenu que les forces russes s’étaient déplacées vers la région du Donbass et vers le nord-est de l’Ukraine en direction de la ville de Kharkiv, deuxième ville d’Ukraine où des frappes russes ont déjà gravement endommagé des zones urbaines.

J’espère qu’il y a encore des solutions concernant la situation à Marioupol, a dit Volodimir Zelensky. Le monde entier se doit de réagir à cette catastrophe humanitaire.

À Tchouhouïv, une ville de la région de Kharkiv, de nombreuses victimes, blessées par des éclats d’obus et des coups de feu, ont été admises à l’hôpital.

Un autobus a été ciblé. Nous étions dans un bus rempli de civils. Il y avait environ 20 personnes à l’intérieur, 14 ont survécu. Il y avait huit corps sans vie, a déclaré à Reuters une femme, qui a dit se nommer Ioulia.

Près d’elle, Alina Chegourets s’est rappelé ses propres cris alors que le bus était attaqué et a montré les blessures marquant ses jambes et ses hanches.

Les fenêtres ont commencé à vibrer, puis j’ai vu ce qui ressemblait à des trous. Des balles ont commencé à voler au-dessus [de nous]. De la poudre, de la fumée… Je criais et j’en avais plein la bouche, a-t-elle raconté.

Les sirènes d’alerte ont retenti samedi matin à travers l’Ukraine et l’état-major général des forces armées ukrainiennes a rapporté des frappes aériennes russes sur les villes de Sievierodonetsk et Roubijne dans la région de Louhansk.

Le sous-secrétaire général de l’Organisation des Nations unies chargé des affaires humanitaires et de la coordination des services de secours, Martin Griffiths, se rendra dimanche à Moscou puis à Kyiv, l’Organisation des Nations unies cherchant à obtenir un cessez-le-feu humanitaire, a déclaré à la presse le Secrétaire général de l’organisation, Antonio Guterres.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !